E-commerce, Multicanal, WebCulture

Le port gratuit sur les livres en péril

livre livraison gratuite amazon alapage

Alapage vient d’être condamnné par la cour d’appel pour avoir contrevenu à la loi Lang en offrant les frais de port sur les livres. C’est en effet assimilé à de la vente à prime, interdite pour les livres (cf DGCCRF). Une prime étant “un produit, un bien ou un service, remis gratuitement à l’occasion d’une transaction (vente ou prestation de service)“.

amazon alapage livres port gratuit

C’est le syndicat de la librairie française qui a porté plainte en vue de maintenir le prix unique du livre et l’égalité entre les distributeurs online ou physique. La réflexion des libraires est d’ailleurs fondée de mon point de vue et en toute logique. Le port gratuit sur le livre est un service vraiment déterminnant, sachant que c’est de plus l’un des objets qui tient aisément dans une boite au lettre et que l’on est sûr de recevoir même pendant son absence. Je me demande par ailleurs comment il est possible d’offrir le port sur des livres sans vendre à perte…

Amazon est naturellement concerné par cette sanction, Amazon qui, selon O1Net n’a pas souhaité commenter le jugement. Sachant que Amazon fait également l’objet d’une plainte de la part du Syndicat du Livre.

Le livre est un produit d’appel et un produit ultra fidélisant pour les clients d’Amazon ou d’Alapage. Personnellement, j’achète quasiment tous mes livres sur Amazon pour ce côté pratique sans port + one click. On a tendance naturellement à acheter des produits complémentaires au sein de leur site, produits qui confortent leur marge. Si l’interdiction formelle prend effet, le coup sera très dur pour eux, sachant que les frais de port offerts ont toujours été l’un des investissements marketing les plus importants de leur côté. Trouver des arguments aussi forts ne sera pas simple.

Via O1Net

Previous Post Next Post

You Might Also Like

7 Comments

  • Reply Baptiste 1 juin 2007 at 14 h 33 min

    On aura les frais de port à 0.01€, je me fais pas de souci pour eux !

  • Reply Jean-Yves 1 juin 2007 at 19 h 22 min

    Les gens qui achètent leurs livres sur le net continueront de le faire quand même. Je ne sais pas ailleurs, mais un détour par les grandes librairies de Montpellier le samedi est assez insupportable :

    – Foule,
    – Attente aux caisses,
    – Les libraires pas forcément disponibles ou pas plus complets que les fiches produits des sites web

    Le syndicat du livre devrait aussi m’offrir mon plein d’essence pour faire 150km aller, puis retour, pour trouver une librairie avec du choix, si l’on veut maintenir le prix du livre à niveau égal de partout…

    Amazon ira en Allemagne ou au Luxembourg…

  • Reply Jerome Keloghlanian 2 juin 2007 at 8 h 26 min

    Je pense que c’est une bonne chose et que cela va dans le sens de l’histoire. Dans quelques années, la valeur du dernier et de l’avant-dernier km sera très grande, meme aux yeux des clients. offrir cette valeur, c’est vu par moi, renoncer à la valeur du métier de VADiste.

  • Reply e-Pitt 16 juin 2007 at 20 h 07 min

    Tu devrais acheter sur alapage.com. Après le lancement de leur nouveau site, ton post et leur condamnation :)

  • Reply Imazine 16 juin 2007 at 22 h 49 min

    Figure toi que j’ai passé une commande hier soir ;)
    J’ai reçu un chèque cadeau pour une promo gérée par buzz Paradise. Très bien conçue leur OP, simple et efficace. Je ferai un post sur le sujet.

  • Reply Roger 25 novembre 2007 at 10 h 09 min

    Cette action va purement à l’encontre de tous les clients en les privant d’un service leur permettant de disposer d’un accès à la culture et à la création littéraire qui a fait ses preuves au fil du temps et qui est apprécié de tous.

    Cette action va à l’encontre de l’intérêt général…. au profit d’un intérêt particulier représentant une poignée de personnes. Ainsi, il semble plus facile d’attaquer ceux qui font preuve d’initiative et d’innovation plutôt que de rechercher des solutions novatrice au profit des clients et des lecteurs.

    Assurément, l’action intentée par le syndicat de la librairie française (qui ne représente pas plus de 500 librairies françaises !!) démontre un intérêt catégoriel purement égoïste… Et si nous nous mettions à boycotter les librairies françaises en réaction ?

  • Reply Musee 6 octobre 2008 at 15 h 29 min

    Hello ! Billet très pertinednt ;) cependant j’ai du mal à cmprendre : “est en effet assimile a de la vente a prime” … bonne continuaiton ! :)

  • Répondre à Jean-Yves Cancel Reply